Silver House

Kéfallonia. Céphalonie. Une île décrite par Homère déjà. Une épine dorsale qui culmine à 1628 m, à pic sur la mer Ionienne. Du continent, on la voit surgir des flots bleus, dans une lumière intense, souvent coiffée d’un voile de nuages. Alors, quand se présente l’opportunité de construire une maison face à ce spectacle, l’évidence s’impose. Le sujet, c’est l’île ; la maison, le cadre. Des premières esquisses à la concrétisation, le plan se construit autour d’une vue. Depuis les terrasses, le salon, la salle-à-manger, la cuisine, les chambres ou les salles de bains, toute la vie s’organise vers cette vision fascinante que l’architecture vient souligner pour la rendre plus théâtrale encore.

En Grèce, on vit sous le soleil. Ici, on compose aussi avec le vent de mer dont il a fallu abriter la maison, accrochée à flanc de coteau. Cette précaution prise, les frontières entre intérieur et extérieur s’estompent. D’immenses châssis coulissants ouvrent le salon et la salle à manger sur le patio, formant ainsi deux terrasses couvertes. Face au bleu Klein de la mer, le crépi blanc scintille comme l’écume et offre un contraste chromatique qui évoque les maisons traditionnelles des Cyclades. Une référence qu’Olivier Dwek revendique, convaincu par la nécessité de s’inspirer aussi de l’histoire vernaculaire de l’architecture pour s’inscrire avec justesse dans l’époque contemporaine.